Comment l’OOCÉ a été créé

Par Bob McLean

Robert (“Bob”) S. McLean

L’Organisation ontarienne de la cybernétique en éducation a été créé en 1979. Avec la disponibilité des micro-ordinateurs de loisir (STIM Altair et IIMSAI 100) en 1975 et les premiers micro-ordinateurs pour les consommateurs (Apple II, Commodore PET et TRS-80 de Radio Shack) en 1977, un certain nombre de pédagogues ont perçu leur potentiel dans le domaine de l’éducation.

En Ontario, deux initiatives sont survenues à peu près au même moment: ECOO et OSMIE (société ontarienne pour les micro-ordinateurs en éducation). OSMIE était une collaboration basée au Sheridan College.

L’OOCÉ se concentrait plutôt sur l’éducation et les ordinateurs. Son comité organisateur était présidé par Irvin Rubincam de l’OISE et avait comme membres Dick Sash (du George Brown College), Allan Anderson (du Algonquin College), Wayne Johnson (de l’école Seaway District High School), Alan Lott (du Althouse College relié à University of Western Ontario), Bill Maki (du Sault College), Richard Watson (de l’école Port Perry High School) et moi-même (également à l’OISE). Sa première réunion a eu lieu en septembre 1979.

J’ai choisi de devenir le rédacteur du bulletin. J’étudiais déjà depuis le début des années 70 le potentiel des micro-ordinateurs en éducation alors j’ai pu canaliser quelques ressources de ces projets envers la production d’un bulletin d’information de l’OOCÉ en novembre 1979. “Newsletter” était un nom modeste, puisque le premier numéro comprenait vingt-huit pages, et est finalement devenu une publication trimestrielle de l’OOCÉ comprenant soixante-quatre pages. J’ai servi en tant que rédacteur et producteur pendant cinq ans.

Les efforts organisationnels de l’OOCÉ ont coïncidé avec une autre activité du projet de l’OISE: en novembre 1979, nous avons organisé la foire Microcomputer Applications in Education (les applications micro-informatiques en éducation). Les enseignantes et enseignants sont venus à OISE et ont fait des démonstrations de leurs activités et ont discuté de leurs programmes et de leur expérience en face à face. Je crois que c’était, à bien des égards, le précurseur des congrès de l’OOCÉ. La «Foire» a été un succès et la deuxième en novembre 1980 a attiré environ trois cents participants, avec quarante démonstrations.

Pendant ce temps, le premier congrès de l’OOCÉ comptait deux jours de présentations dans le cadre de l’exposition Computer Culture (culture de l’informatique) celle-ci de neuf jours au port de Toronto, les 8 et 9 mai 1980. Environ deux cents cinquante personnes y ont participé.

Mais le deuxième congrès de l’OOCÉ a dépassé les attentes. Au mois de mai 1981, plus de mille deux cent personnes ont essayé de s’inscrire au congrès, mais seulement huit cents personnes pouvaient être accueillies! Le congrès de deux jours et demi tenue à l’OISE offrait plus de cent cinquante discours, discussions, démonstrations et ateliers distincts.

Les congrès annuels ont été organisés à l’OISE pendant plusieurs années, à l’aide des services administratifs offerts par le bureau des congrès de l’OISE. Éventuellement l’OOCÉ est devenu trop grand pour l’espace à l’OISE, et a ainsi déménagé les congrès annuels dans les hôtels et centres de congrès, surtout près de l’aéroport de Toronto – d’abord à l’hôtel Skyline (où nous avons célébré notre 10e anniversaire), puis au Constellation pendant de nombreuses années, une fois au Toronto Conference Centre, puis plusieurs années au Delta Meadowvale. Un congrès conjoint a eu lieu avec l’American Association for Educational Data Systems au Toronto Harbour Castle. La participation à ces congrès de l’OOCÉ était régulièrement autour de deux mille personnes, dépassant ce nombre quelques d’années.